ETAPE 2

 Le lac, œil du paysage (Victor Hugo). 

Mardi 1er août 2006

Olloix (870 m) - Lac Chambon (880 m) 18 Kms

Ce matin, le temps s'est mis au beau. De grands morceaux de ciel bleu ont fait leur apparition, même si quelques nuages inoffensifs sont toujours là poussés vers l'ouest par un vent plutôt vigoureux et frais.

Hier soir, j'ai bien étudié l'étape et je n'ai pas d'inquiétude sur le parcours. Il n'y a pas de longs ni de gros dénivelés et deux cités intéressantes, Saint-Nectaire et Murol, sont au menu. Je suis d'autant plus rassuré qu'hier le balisage était très bon. Seule interrogation, où se trouvent l'arrivée et l'hôtel Le Grillon ? A la cité de Chambon sur Lac ou au bord du Lac Chambon, plus près de Murol ? Les deux sites sont espacés de quelques kilomètres, mais ce n'est jamais agréable en fin parcours d'être dans l'incertitude quant à la distance qui reste à parcourir. Je suis prêt à parier pour le Lac Chambon comme semble l'indiquer la lettre de confirmation et le dépliant que l'hôtel m'a transmis.

Il n'est pas tout à fait 9 h quand nous quittons la Maison de La Monne. Nous traversons la route départementale où s'étirent la plupart des habitations d'Olloix et le bourg disparaît rapidement du paysage car la bonne piste forestière contourne l'imposant puy du même nom.

 

 Nous quittons le bourg d'Olloix

De grands rapaces planent au sommet du puy et d'autres plus petits rasent les pelouses sèches à la recherche d'une hypothétique nourriture. Aujourd'hui, la vue porte plus loin en direction du Cézallier et du Cantal.

 

 En quittant Olloix, la vue porte au loin en direction du Cézallier et du Cantal

Il fait déjà très chaud, car le démarrage s'effectue bien à l'abri du vent, le puy étant situé à notre nord. Mais au fur et à mesure que l'on avance, on contourne le puy et un air frais se manifeste. Cet air finit par se transformer en légère brise puis en un vent soutenu qui devient presque bourrasque à l'endroit où le chemin fait un " épingle à cheveux ". A ce virage, le balisage est inexistant. Faut-il bien prendre ce chemin qui descend dans un cet étroit vallon ? Le topo-guide, mes cartes IGN et Cartonav sont à l'unisson. Pourtant, il y a un doute ! Pendant que je fais le point sur mon GPS, Dany est partie devant pour tenter de retrouver quelques traces. La boussole de mon GPS est formelle et ne se trompe pas non plus. Nous prenons " l'épingle à cheveux " et à l'intersection suivante, nous finissons par apercevoir quelques vieilles empreintes rouges et blanches pratiquement effacées. Nous montons dans un petit bois de feuillus et atterrissons au milieu des prairies vertes et blondes. Nous zigzaguons un peu au milieu des champs puis arrivons sur un plateau bien battu par les vents au dessus du village de Lenteuge. La descente s'effectue sur un chemin tortueux et très pierreux qui débouche sur la D.639 que nous empruntons sur une centaine de mètres en évitant le hameau. Nous traversons la route et nous hissons sur un " méchant " chemin fait de caillasses, copie conforme de la descente que nous venons d'endurer. Heureusement, dans cette ascension, les paysages deviennent plus beaux, alors que la crête du puy d'Olloix, toujours visible, s'éloigne. Au sommet, le panorama à 360° est encore plus saisissant. Vers le Sud, les monts du Cantal coiffés d'un linceul de stratus dessinent un horizon nébuleux. Vers l'ouest, à l'extrémité des champs céréaliers, l'imposant Massif du Sancy et ses Monts Dores se dévoile derrière une longue écharpe de cumulus. D'ici, le Pic du Sancy, notre objectif final, parait bien proche mais je sais pertinemment que le Tour des Lacs d'Auvergne n'est pas une longue ligne droite. Pour bien avoir étudier la carte, souvent le G.R.30 se rapproche du Sancy pour mieux s'en éloigner et cela à plusieurs reprises.

 

 Au départ, nous contournons le puy d'Olloix

 

 On aperçoit encore la crête du Puy d'Olloix qui s'éloigne à l'horizon

 

Des prairies vertes et blondes avant le village de Lenteuge

Par contre sur cette petite portion, notre randonnée s'effectue sur un chemin plat et rectiligne très agréable qui encourage à la flânerie. Nous coupons la D.150 et laissons à droite le hameau de Sauvagnat puis la D.640 au plateau de Sailles puis à nouveau la D.150 où le sentier se transforme en un mirador naturel qui surplombe Saint-Nectaire. Flâner c'est bien, mais il est déjà 11h30 et nous devons impérativement acheter à manger. C'est donc à toute vitesse que nous descendons vers la cité fromagère bien décidés à trouver une épicerie ouverte avant midi.

 

 Dany dans le chemin tortueux et pierreux qui descend vers Lenteuge

Malheureusement dans la descente, Dany se fait piquer par une guêpe et l'on est obligés de s'arrêter plusieurs minutes pour récupérer l'Aspivenin tout au fond de son sac. Cet instant de tracas passé, nous arrivons par la vieille cité de Saint-Nectaire le Haut où trône la superbe église du XIIeme siècle (1). Mais renseignements pris, tous les commerces sont à Saint-Nectaire le Bas et c'est encore avec précipitation et à regrets que nous quittons le bourg sans visiter ce joyau de l'art roman, par ailleurs en cours de rénovation.

(1) Eglise de Saint-Nectaire : Perchée sur le mont Cornadore, la belle église, érigée en 1160 en l'honneur de Saint Nectaire, prédicateur du 3ème siècle, est un joyau de l'architecture romane auvergnate. Un clocher, œuvre du 19ème siècle, surmonte l'édifice, plusieurs fois réhabilité. Classé monument historique, il cache, derrière ses austères murs en lave de Volvic, un solide narthex à deux étages, et une nef, voûtée en berceau et revêtue de bas-côtés à voûtes d'arêtes. La centaine de chapiteaux historiés, représentant des scènes bibliques et un bestiaire, témoigne du talent des sculpteurs auvergnats. Enfermé dans un retable du 15ème siècle, le trésor, dévalisé pendant la Révolution, compte un remarquable buste de Saint Baudime, le compagnon de Saint Nectaire, une Vierge en bois polychrome du mont Cornadore datant du 12ème siècle, et un reliquaire de Saint Nectaire en argent (15ème siècle.)

 

 Dany dans un coriace dénivelé caillouteux après Lenteuge

Une fois nos achats effectués, on s'installe à la terrasse d'un bistrot pour déjeuner. Devant nous, somptueusement plantée dans le décor, la belle église romane se découpe sur le Mont-Cornadore et nous avons tout loisir de l'observer. Là, je m'aperçois que j'ai perdu le topo-guide et même si le parcours est bien balisé, je vais être rapidement dans l'obligation de le remplacer si je ne veux pas me tromper dans tous ces chemins G.R. et P.R. qui se croisent et s'entrecroisent.

 

 En direction de Saint-Nectaire, le puy d'Olloix disparaît et le Sancy apparaît

Après le repas, nous laissons la belle localité thermale pour un sentier qui monte dans une forêt de conifères. Le G.R.30 traverse sur deux kilomètres les bois de Somme et de Bouche sur un chemin sableux et moelleux parsemés d'aiguilles de pins, puis il parvient à la D.996 à la hauteur d'un élevage de myocastors. Mais il est hors de question d'apporter notre caution en partant visiter cet étrange élevage. Entreprise qui consiste à engraisser, à dépecer ou à mettre en conserves ces petits animaux qu'on appelle plus communément ragondins. Nous traversons la route et continuons au milieu de pacages en direction du monumental château de Murol (2) que l'on aperçoit dans le paysage. Il est 14 h 30 et d'un même élan, nous décidons de faire une pause dans un pré avant d'attaquer un court mais " coriace " dénivelé.

Le repos, une fois pris, nous repartons vers le hameau de Chautignat puis vers Murol dont le colossal château se rapproche à grands pas. Au nombre de voitures que l'on aperçoit au pied de l'édifice, les touristes doivent être nombreux.

Et effectivement, ils le sont ! Ils le sont tellement que Dany est accablée à l'idée d'avoir à participer à cette queue qui piétine pour visiter la célèbre forteresse. Il est vrai que déambuler sur les remparts ou dans les escaliers en colimaçon d'un château médiéval avec un sac à dos de 12 kilos n'a rien de réjouissant !

(2) Le château de Murol : Du haut de son éminence basaltique, la forteresse, dressée au 13ème siècle, par les Chambe, surveillait une voie romaine. A partir de 1380, Guillaume de Murol entreprit sa restauration, qu'il mena durant la première moitié du XVeme siècle. À la fin de ce siècle, le mariage de l'héritière Jeanne avec Gaspard d'Estaing fut l'occasion de nouveaux travaux de modernisation. Pendant les guerres de Religion, les fortifications furent augmentées sous François 1er et c'est à son successeur Jean III que l'on doit l'édification d'une demeure de plaisance au début du XVIIeme siècle. À partir du milieu du siècle suivant, le château fut abandonné. Joyau de l'architecture médiévale, elle est flanquée de tours et de courtines. Transformée en résidence, au 16ème siècle, la bastide est vendue à l'évêché de Clermont au 18ème siècle, avant de devenir un repaire de bandits et d'être dévastée. Loués par George Sand, dans son roman Jean de la Roche, les vestiges du château polygonal, dont les cuisines, les appartements et le cloître sont restés intacts, est rénové par les Monuments historiques, en 1998. Le panorama, sur Murol, les monts Dore, le lac Chambon et la Couze, est exceptionnel.

 

 Saint-Nectaire apparaît dans le panorama

Nous restons quelques instants dans un parc, au pied du monument, à observer chèvres, faons, biches et cerfs auprès desquels nous sacrifions les restes de nos sandwichs puis nous quittons le château et partons visiter la cité.

  

Le G.R.30, un belvédère au dessus de Saint-Nectaire

A la recherche d'un marchand de journaux pour acheter le topo-guide, nous errons dans les petites ruelles aux maisons aux toits de lauzes et aux fenêtres fleuries. Murol possède de très belles fontaines, des parterres fleuris et colorés et une très belle église gothique.

Nous trouvons enfin le topo-guide et avec son aide, nous tentons de renouer le fil du G.R. que nous avons perdu. De l'endroit où l'on se trouve, deux variantes du GR.30 s'offrent à nous : soit remonter au château et prendre le sentier qui contourne le Saut de la Pucelle et la Dent du Marais (3), soit emprunter la D.996 qui part en direction du Lac Chambon (4). Ignorant où se trouve l'hôtel Le Grillon, nous optons pour cette deuxième solution, plus simple et surtout plus directe. Au bas mot, cinq à six kilomètres par la Dent du Marais pour rejoindre le lac Chambon avec peut-être le risque de louper l'hôtel et seulement un et demi à deux par la D.996.

Une fois cette dernière option choisie, nous suivons le bitume en prenant garde aux voitures et aux camions sur cette route sinueuse et très empruntée. Un bon moment, nous hésitons car nous retrouvons des marques blanches et rouges d'un G.R. qui monte au cratère du Tartaret. Mais en fait, il s'agit seulement d'une variante du G.R.30 qui redescend de la Dent du Marais et monte vers le volcan.

(3) La Dent du Marais : C'est un éperon rocheux du à l'éruption du volcan du Tartaret, elle surplombe le lac Chambon et se distingue par une imposante muraille rocheuse de 100 mètres de haut environ que l'on appelle le Saut de la Pucelle. Ce nom a pour origine une étrange légende : une bergère affolée par les avances d'un seigneur des environs s'enfuit à toutes jambes et adressa une prière à la Sainte Vierge avant de sauter d'en haut du rocher. Le vent s'engouffrât dans sa jupe et elle fut freinée dans sa chute. Elle en ressortit indemne et raconta son aventure aux gens du village. Bien entendu, personne ne la crut, c'est ainsi qu'elle voulu leur prouver sa bonne foi en tentant à nouveau l'expérience. Malheureusement, cette fois le saut lui fut fatal et elle mourut pucelle.

(4) Le lac Chambon : Situé à 875 mètres d'altitude, le lac Chambon est un barrage naturel qui s'est formé suite à l'éruption du volcan du Tartaret et à l'effondrement de la Dent du Marais. Il est d'une profondeur moyenne de 5 à 6 mètres, pour une superficie de 60ha. Il est alimenté par la Couze (5) de Chambon qui descend du Sancy et prend sa source dans la vallée de Chaudefour. Il se trouve entre les localités de Murol et Chambon-sur-Lac, toutes deux distantes de 4 kms. Le lac est délimité par: A l'Ouest, la Vallée de Chaudefour, site protégé classé Réserve Naturelle depuis 1991, et le bourg de Chambon-sur-Lac. A l'Est, le volcan du Tartaret le sépare du bourg de Murol. Au Nord, "La Dent du Marais", falaise qui surplombe le Lac Chambon et offre un magnifique panorama sur la vallée et les Monts Dores. Le village s'étale en bordure du lac et dispose de commerces liés principalement au tourisme. C'est un lieu de séjour agréable, où l'on peut s'adonner à de nombreuses activités. C'est aussi le rendez-vous des randonneurs, des pêcheurs, des skieurs et de tous les amoureux de la nature. Ce lac qui mesura jusqu'à 5 kms de long a vu sa surface diminuer de 8 ha de 1825 à 1974 à la fois par les alluvions de la vallée de Chaudefour qui sédimentent le lac mais aussi par un envasement consécutif à l'eutrophisation. Ces deux phénomènes naturels auront pour effet, dans une lente agonie, de faire disparaître le lac d'ici quelques siècles.

(5) Couze : Torrent en Auvergne.

 

 Images de Saint-Nectaire et du château de Murol

 

 Les biches et les cerfs du parc au château de Murol

 

 Nous sacrifions nos derniers sandwichs aux chèvres du parc du château de Murol

 

 

Fontaines fleuries à Murol et amusantes statuettes sur la D.996

En effet, le G.R.30 s'arrête au bord du Lac Chambon et il existe ensuite plusieurs variantes pour le continuer. Nous poursuivons sur la D.996 et deux virages plus loin, on aperçoit avec étonnement l'hôtel du Grillon. Il est là devant nous ! Il s'agit d'un grand hôtel deux étoiles, bien à l'image de l'enseigne " Logis de France " tout blanc avec des volets rouges, bien propret. A l'intérieur, plusieurs vastes salles à manger décorées de bois et de tissus un peu rococo se succèdent. Nous sommes reçus par un aimable cuisinier coiffé d'une toque. Sans chichi, il nous remet une clé et nous indique le chemin à prendre pour rejoindre notre chambre.

 

 Dany sur la terrasse de l'hôtel-restaurant Le Grillon au Lac Chambon

Ouf ! C'est avec soulagement que nous déposons enfin nos sacs et nous installons dans une chambre très coquette avec deux lits, la télé et une salle de bain avec baignoire. Nous allons largement apprécier ce confort avant de partir visiter le lac Chambon, ce " troisième caillou du Petit Poucet " blotti comme un diamant dans l'écrin du Sancy.

 

  

 Au bord du Lac Chambon sous un ciel très maussade

Quelques photos de notre ballade au Lac Chambon

 

 Cliquez sur la carte ci-dessus pour passer à l'étape suivante