4eme étape : La Cure (alt.1.150m)- Les Créssonnières (alt.1.150m) (20km).

Jeudi 31 juillet 2003

 (Extrait de : Panorama jurassien, poème d'Henri Marandin)

 Tel un saphir posé sur coussin d'émeraude

Un lac dort, assoupi, au tréfonds d'un vallon

Les roseaux bleuâtres lui font comme une biaude (blouse)

Les arbres rabougris une haie de santons

 Aujourd'hui, nous sommes encore moins pressés qu'à l'habitude car nous devons prendre un petit train suisse qui doit nous mener au Col de la Givrine. Hier soir, nous avons relevé les horaires à la gare, et le premier train est à 9h35.

Après avoir ranger nos sacs, que nous retrouverons ce soir aux Cressonnières à une centaine de mètres d'ici seulement, car la randonnée d'aujourd'hui est une boucle, nous déjeunons copieusement au bar de l'hôtel.

 

A " La Cure ", petit train suisse en partance pour le Col de Givrine

Nous sortons de l'hôtel côté suisse, franchissons le poste des douanes et nous dirigeons vers la gare qui se trouve à quelques dizaines de mètres seulement. Sur le quai de la gare, un groupe de jeunes vacanciers attend le train qui doit les mener à Nyon, via Saint-Cergue. Les " hollandais " sont là aussi. Nous entamons une discussion pour apprendre qu'aujourd'hui, plutôt que de faire le parcours proposé, ils préfèrent aller visiter Nyon.

9h25, le train arrive à l'heure, nous nous installons et dix minutes plus tard, nous sommes déjà au Col de la Givrine. Nous sommes les seuls à descendre. Sur le quai, nous remarquons très facilement le balisage jaune qui monte vers les Alpages suisses par une petite route goudronnée. 100 mètres plus haut, nous quittons cette route pour un bon sentier de gravillons qui se faufilent à travers une très belle forêt en direction de la Combe Grasse.

 

Dany dans le petit train au départ puis arrivée au "Col de la Givrine"

Comme indiqué, nous suivons de petits panneaux indiquant " Rochefort ". Arrivés au carrefour de la Combe Grasse, nous empruntons sur la gauche une route goudronnée qui monte en direction des " Fruitières de Nyon ".

Sur la droite de cette route, nous longeons un long muret de pierres sèches. Nous retrouverons ces fameux murets, que les Suisses eux-mêmes appellent " la Grande Muraille de Suisse ", tout au long de la journée.

Rapidement, nous quittons par la gauche cette route, en direction de Rochefort, passons plus haut une barrière et continuons par la droite par un chemin qui se faufile entre deux chalets. De là, le point de vue sur le Lac Léman s'offre à nous. Malheureusement, le ciel est très bas et de gros cumulus dissimulent une grande partie du panorama. C'est vraiment dommage car par très bonne visibilité, nous devrions voir les Alpes Françaises enneigées.

 

A la " Combe Grasse ", direction " Rochefort " et " Les Fruitières de Nyon

 

Arrivée au lieu-dit " Rochefort "

A " Rochefort ", vue sur le Lac Léman--------------------------A la très belle cabane " CAS La Dôle "

 Nous arrivons au ravissant chalet-refuge du Club Alpin Suisse " CAS La Dôle " où je réussis enfin à faire fonctionner le retardateur de mon appareil photo. Nous profitons des bancs et de la table en bois de la terrasse pour prendre un en-cas fait de quelques pruneaux, d'abricots séchés et de boissons énergétiques.

Au moment de repartir, nous ne retrouvons plus le balisage jaune indiqué sur le topo. Pourtant, comme indiqué, nous montons le petit bois à gauche du chalet, enjambons un muret et arrivons sur un grand pré herbeux. Nous nous séparons, Dany part à gauche et moi à droite. Je me retrouve au milieu d'un grand troupeau de bovins qui, à ma vue, détalent en tous sens. Dany a retrouvé le chemin et les marques jaunes sur un épicéa puis un hêtre. Je l'entends qui m'appelle et redescend en courant le large pâturage. Le sentier devient plus visible et nous apercevons en contrebas une vaste combe que nous devons traverser. Arrivés en bas, nous longeons les piquets d'une clôture balisé en jaune, laissons sur la droite une ferme d'alpage et arrivons sur une route goudronnée au carrefour balisé " Le Haut Mont ".

A la terrasse de la cabane CAS La Dôle, nous prenons un en-cas avec vue sur le Léman

 

 

Déjeuner sur l'herbe à " Haut-Mont "---------------------------Dany joue à ma sorcière bien-aimée

Il est 12h 30, nous arrêtons dans un champ près d'un petit muret (1) pour déjeuner. Comme hier, le repas est essentiellement composé de fromages et de saucisson accompagné de quelques morceaux de pains chipés ce matin au petit'déj de l'hôtel.

Pendant que je range le sac à dos, Dany joue à ma " sorcière bien-aimée ", avec un balai en crin qu'elle vient de trouver. Je prends une photo.

Après le repas, notre randonnée se poursuit sur le bitume en direction du lieu-dit " La Genolière ", mais nous faisons très attention car nous devons quitter cette route et bifurquer vers la droite par un chemin de cailloux indiqué par une flèche rouge et l'indication " Le Carroz " en rouge et blanc.

Après plusieurs virages et un passage en tubes interdit aux bovins, nous trouvons les différentes indications mentionnées sur le topo.

 (1)Ces petits murs sont le fruit du labeur des moines d'abord, puis des paysans ensuite. Depuis le 5eme siècle, les hommes ont commencés par défricher et déboiser la montagne. Puis, pour permettre cultures et élevages, ils rassemblaient les pierres qui jonchaient les champs afin de construire ces murets qui d'une part, séparaient les propriétés et d'autre part empêchaient le bétail de s'enfuir.

Contrairement à la France, la Suisse préserve ces murets grâce à un entretien régulier des communes 

 

Magnifique refuge en pierres du Carroz

 

Dany devant le splendide chalet du Carroz, point culminant de notre randonnée

De cet endroit, le sentier monte avec un léger dénivelé, d'abord dans une forêt puis vers un petit crêt.

Avant le sommet, nous sommes au milieu d'une clairière en train de nous désaltérer lorsque j'entends les clochettes de quelques vaches que je n'arrive pas à apercevoir, cachées qu'elles sont par des arbres. Tentant de les repérer, soudain, j'aperçois un animal roux qui court dans les hautes herbes. Renard ? Lynx ? Il s'immobilise, mais tapie dans le pré, à environ une vingtaine de mètres, j'ai du mal à reconnaître de quel animal il s'agit. J'essaie même de le montrer à Dany, mais elle n'arrive pas à le discerner. Mes cris d'insistance le font détaler, mais j'ai le temps de voir sa taille et une grande queue rousse et touffue en panache, c'était bien un gros renard.

Après avoir enjambé un muret et traversés une clôture, nous arrivons au magnifique refuge en pierres du " Carroz " avec ses jolis volets rouges. Le panorama donne sur le Lac Léman, mais le ciel est toujours maussade et nous avons beaucoup de difficultés à voir l'horizon. Autour du chalet, le sol est jonché de splendides chardons bleus ciel, que nous n'avions jamais remarqués ailleurs. En regardant, la carte IGN, nous constatons que nous sommes à 1.508 mètres d'altitude. Ce promontoire sera le plus haut point gravi au cours de nos six jours de randonnée.

 

A lieu-dit l'Arzière, près d'une ferme d'alpage où les vaches et les chevaux sont heureux

Le chemin se poursuit devant le chalet, puis descend dans une combe où près d'une ferme, des poulains gambadent pendant que les vaches s'agitent au son clair de leurs clarines (1). Nous sommes au lieu-dit " l'Arzière ". Nous passons devant ce chalet d'alpage et continuons au milieu de la combe. Sur notre droite, nous longeons de grandes falaises hérissées, puis franchissons un admirable muret dont le travail de construction et de restauration, nous laisse admiratifs.

Dans cette combe, les gentianes jaunes et les carlines acaules (2) foisonnent et avec de nombreuses autres fleurs, le chemin se faufile au milieu d'un véritable jardin floral.

 

Dans la " Combe des Coppettes ", le chemin se faufile au milieu d'un jardin floral

Nous arrivons à la ferme chalet des " Coppettes " où un couple de paysans est au travail. Pour ne pas les déranger, nous prenons sur la gauche vers une route goudronnée, mais rapidement nous perdons les traces jaunes du balisage. Nous escaladons les fils barbelés de la clôture, traversons la combe dans sa largeur et retrouvons une marque jaune sur un grand épicéa en lisière de la forêt.

Plus loin, le chemin s'élargit, s'enfonce dans le bois où les marques deviennent jaunes et blanches. Nous arrêtons quelques minutes pour une pause puis repartons par un sentier qui part à mon grand étonnement sur la droite. Je regarde la carte et m'aperçoit que cette fois, nous nous sommes complètement égarés. Nous devions rester dans la combe en lisière de la forêt, mais au lieu de cela, nous avons franchi le bois dans toute sa largeur. Cet égarement sera pratiquement la seule grosse erreur de tout notre circuit. Dany est partisane de rebrousser chemin. Moi, à la lecture de la carte, je lui propose de couper à travers champs pour atteindre la D.415 et rejoindre ainsi La Cure. Compte tenu de la distance parcourue, elle se rallie à mon idée car au regard de la carte, la départementale ne devrait pas être très loin. Seul inconvénient, mais je ne lui dis pas, il faudra traverser la frontière comme des contrebandiers. Nous voilà donc partis à l'aventure, à travers bois, prairies et autres landes. Nous finissons par tomber sur un petit chemin herbeux qui s'élargit et finit enfin par déboucher sur une route plus large. Effectivement, nous commençons à remarquer quelques maisons, puis arrivons à la borne frontière 218 et débouchons sur une petite route goudronnée sous le regard perplexe de quelques habitants qui nous voient débouchés du " Diable Vauvert ". Nous sommes en France. Sauf erreur de ma part, nous sommes au lieu-dit " Les Landes Devant " et nous devrions bientôt arrivés sur la D.415.

(1) Les clarines sont de petites cloches en métal au son doux et mélodieux accrochée au cou des vaches par une planchette en épicéa.

(2) Les carlines acaules sont des chardons de couleur blanche dont le cur est comestible comme les artichauts.

Voilà, nous y sommes, il suffit d'un dernier petit effort car La Cure et Les Cressonnières ne sont plus qu'à quelques kilomètres.

 

gentiane jaune et carline acaule

 

Arrivée au lieu-dit Les Cressonnières, plus loin l'Auberge des Piles

Il est 16 h 30 quand nous passons devant le poste frontière, puis devant l'hôtel Franco-Suisse que nous avons quitté ce matin. Encore quelques centaines de mètres et nous voilà arrivés à la sympathique Auberge des Piles. Or mis, un tourneur sur bois, juste à côté de l'auberge, il n'y a rien d'autre à visiter. Après, la douche, nous rendons visite à cet artisan dont le travail est remarquable avec notamment, de surprenants luminaires complètement en bois. Nous achetons quelques menus souvenirs et rentrons à l'hôtel pour un brin de farniente avant le repas de 20 heures. Comme à notre habitude, nous étudions l'étape du lendemain avec peut-être un peu plus d'attentions qu'à l'accoutumée compte tenu de nos errements d'aujourd'hui.

20 h, nous descendons dans la grande salle du restaurant de l'auberge où nous retrouvons les " hollandais ". Aujourd'hui, après la visite de Nyon, ils n'ont marché que pour le retour du Col de Givrine aux Cressonnières et cela leur a permis de prendre un peu de repos.

Le dîner commence par un Macvin (1) offert par le patron, continue par une succulente salade de chèvre chaud, se poursuit par une tendre entrecôte à la crème de Bleu de Gex puis se termine par un café liégeois. Le tout, arrosé d'un excellent Trousseau (2) rouge. Rien à redire, c'est un super repas très requinquant après une journée de bonne fatigue.

Un ciel d'orage a été très menaçant toute la journée, mais une fois de plus, les moines ont accompli un miracle et aucune goutte de pluie n'est venue perturber notre ballade. Grâce aux sublimes paysages traversés, et malgré ce temps plutôt morose, nous nous souviendrons très longtemps de notre excursion en Suisse. C'est en revoyant ces images défilées devant nos yeux, que nous nous endormons.

(1) Fabriqué dans le Jura depuis le 14eme siècle, le macvin est un vin de liqueur obtenu à partir du jus de raisin non fermenté auquel on a ajouté un tiers de marc. Vieilli 18 mois en fût de chêne, il est servi frais soit en apéritif soit en digestif. Son bouquet est remarquable, son velours en bouche inimitable est très apprécié des dames.

(2) Le Trousseau est un remarquable vin rouge du Jura dont les cépages se retrouvent majoritairement au nord d'Arbois. D'un rouge très intense avec des reflets violets qui peuvent virer au tuilé avec l'age, par son goût, chaud, tannique, alcooleux, il est aux antipodes du Poulsard. Il a des arômes de fruits murs, de fruits confits, d'herbe sèche et de vanille. En bouche, il est très long et très charpenté. Conservé plus de dix ans, il peut rivaliser avec les plus grands Bourgogne.

 

Cliquez sur la carte pour passer à l'étape suivante