5eme étape : Les Créssonnières (alt.1.150m)-Lamoura (alt.1.150m) (25 km)

Vendredi 1er août 2003

 (Extrait de : Saint-Claude diamant du Jura, poème d'Henri Marandin)

Le geste de génie dans l'âme de la pierre

Et le cur ardent du minutieux lapidaire

Irradient les rayons des éclats lumineux

Des perles et des joyaux, des couleurs et des feux

Qui ornent les couronnes et fascinent les yeux

Des belles et des princesses, des pauvres et des gueux.

 

Départ de l'excellente Auberge des Piles aux Cressonnières

Avant de partir pour une très longue journée de marche, le petit déjeuner est toujours un moment important qu'il est nécessaire de ne pas négliger. Ce matin, à l'Auberge des Piles nous en profitons pleinement car il y a un buffet avec des biscuits, du pain d'épices, des confitures, des pâtes à tartiner, des jus de fruits et bien d'autres tentations à volonté.

En raison de notre gourmandise, c'est donc à regret que nous quittons la charmante auberge des Cressonnières (1). Nous partons par le GR.5 puis prenons immédiatement à droite un bon chemin qui descend vers le gîte d'étape de la Grenotte. Sur cette section, le sentier est commun au GR.5 et au GR.9. Aujourd'hui, c'est donc un balisage rouge et blanc que nous suivrons sur une bonne partie du parcours. Une grande portion de notre randonnée suit le tracé emprunté l'hiver par la célèbre course de ski de fond " La Transjurassienne ". En 2003, il y avait plus de 2500 concurrents pour 21 nations représentées. Ça change de notre marche quasi solitaire !

(1) Les Cressonnières sont des fosses inondées où l'on cultive le cresson. Le nom de ce lieu-dit a certainement pour origine cette méthode de culture du cresson.

 

 

A la cascade puis sur le petit pont de bois de la rivière du Bief de la Chaille

Nous arrivons à un carrefour où les deux GR se séparent et retrouvons une route goudronnée (GR.9) que nous descendons sur une centaine de mètres. Nous passons devant une Auberge de Jeunesse et au carrefour balisé du Bief de la Chaille, nom d'une petite rivière qui court à proximité, nous quittons la route pour un sentier qui descend par la gauche dans une obscure forêt de hêtres et de chênes.

Le balisage indique une cascade toute proche que nous partons visité. Un bref arrêt pour une belle photo et une pause rafraîchissante et nous repartons en longeant le petit torrent que nous franchissons plus en aval sur un très beau pont de bois. En nous éloignant de ce modeste ruisseau, je me fais la réflexion suivante : Il s'agit du premier cours d'eau que nous rencontrons depuis notre départ de Villard Saint-Sauveur !

Maintenant, le sentier monte à travers une lumineuse forêt d'arbres variés avec des hêtres, des chênes, des épicéas, des sapins et des bouleaux en direction de Prémanon d'Amont. Dans cette forêt, les oiseaux sont nombreux et notamment les passereaux et les merles qui volettent d'arbres en arbres lorsqu'ils nous repèrent. C'est sous un véritable concert de chants que nous progressons dans ce sous-bois.

Notre ascension se termine. A la sortie de la forêt, nous atteignons un replat par une route en asphalte puis passons devant le restaurant " Les Trolles "où le GR.9 continue en direction de Prémanon. Sur notre droite, nous dominons la vallée du Bief de la Chaille et une vue magistrale porte au loin jusqu'à la grande forêt du Risoux.

 

 

Près de Prémanon, le restaurant " Les Trolles " et vue sur la vallée Bief de la Chaille

 

 

Arrivée à Prémanon

Nous arrivons dans Prémanon (1), et entrons dans un bar pour prendre un bon café et nous renseigner sur l'épicerie la plus proche.

Parce qu'elle se trouve juste à côté dans la même galerie marchande, nous partons immédiatement faire quelques courses pour le repas de midi. Il reste encore un peu de fromage et du saucisson, mais ce n'est pas suffisant. Il devient absolument nécessaire de nous ravitailler. Ce sera des bananes et des tomates pour Dany et du chocolat et de la charcuterie pour moi.

Cet arrêt nous a fait perdre nos repères et en plein centre du village, nous avons du mal à récupérer la bonne direction tant il y a de panneaux indicatifs. Heureusement la carte IGN est là et je constate qu'il faut tourner à droite avant la patinoire et prendre le GR.9 vers le " Mont Fier ". Nous passons devant une colonie de vacances puis un centre hôtelier où je m'arrête un moment pour observer un vieux monsieur en train de dessiner. Il a un très bon coup de crayon et son tableau est très réaliste.

Anxieuse comme à son habitude, Dany, qui n'a plus vu les traces rouges et blanches du GR depuis un bon moment, en profite pour lui demander où se trouve la Maison du Maquis indiquée sur le topo-guide.

Personnellement, je ne suis pas inquiet dans la mesure où il n'y a pas d'autres chemins.

Le GR.9 poursuit sa route à travers la campagne toujours sur du bitume. Je profite d'un arrêt pipi de Dany pour écorner la tablette de chocolat. De cet endroit, nous avons tout loisir d'observer le Mont Fier puis nous passons devant la Maison du Maquis, ainsi appelé car plusieurs résistants y furent exécutés pendant la seconde guerre mondiale.

(1) Le nom de ce village a pour origine le nom d'un moine (encore un) qui se nommait Manon et qui avait défriché l'endroit, créant ainsi le pré Manon.

 

En route vers le " Mont-Fier "-------------------------------------Dans la " Combe du Mont-Fier "

Non loin de là, devant une maisonnette, nous quittons enfin le goudron et par une petite sente bordée de grands épicéas, nous entrons dans la Combe du Mont Fier. Le dénivelé est progressif et ce tronçon, avec ces gros cailloux et ces profondes ornières, qui se faufilent au milieu des sapins nous rappelle étrangement certains chemins pyrénéens.

A cet endroit, nous croisons plusieurs groupes de randonneurs qui redescendent. Ils ont du partir tôt ce matin et comme il est déjà 11h30, ils pressent le pas pour être rendus pour le déjeuner.

De notre côté, nous n'avons pas ce souci et nous grimpons tranquillement. Vers midi, nous atteignons le carrefour qui se dirige vers le Mont Fier dont le sommet est encore à une demi-heure de marche. Une demi-heure ? C'est un laps de temps idéal ! Notre décision est rapidement prise, nous déjeunerons là-haut ! Cette ascension est d'autant plus prometteuse que le topo-guide nous signale que ce mont est très fréquenté par les chamois.

 

Du sommet du " Mont Fier ", on aperçoit les paysages parcourus

Il est exactement midi et demi, quand nous touchons au but et arrivons sur l'étroit belvédère qui domine un majestueux panorama. Sur notre droite, le massif de la Dôle et la forêt du Massacre. En dessous et au loin, nous pouvons observer aux jumelles les paysages franco-suisses traversés ces deux derniers jours. Devant nous, le val de l'Orbe et les monts environnants. Sur notre gauche, le Crêt des Arcets et la Combe Berthod. Nous ne sommes qu'à l'altitude de 1282 m et malgré un beau soleil, un vent violent et frais nous oblige à enfiler nos vestes en goretex. Heureusement, les arbres constituent un bon obstacle et c'est bien à l'abri des rafales que nous pouvons déjeuner.

Deux randonneurs, accompagnés d'un berger allemand, nous ont rejoints au sommet et pique-niquent à côté de nous. Dany ne peut s'empêcher de donner à manger au molosse qui, avec des yeux de " chien battu " attend sa pitance, attaché à un arbre.

 2h, nous sommes redescendu du Mont Fier. Nous n'avons pas de vu de chamois, mais nous ne regrettons pas cette grimpette car le site à lui tout seul valait le détour. En descendant, nous redoublons d'attention, car nous devons quitter le GR.9, prendre à gauche un balisage vert et la mention VTT 21 jusqu'au carrefour " La Croix de la Teppe " Là, nous devons prendre en direction du carrefour de la " La Neuve ".

 

 

Arrivée au " Mont Fier -------------------------------Au départ de la très belle Combe Sambine

Nous trouvons sans trop de difficultés les différents indices et continuons sur un chemin dont le terrain est vraiment variable d'aspect. Parfois lisse et très bon, parfois mauvais car très raviné et recouvert de grosses pierres, parfois parsemé de branchages qui nous gênent dans notre progression.

Je suis également surpris de constater que le soleil est sur notre droite et parfois même presque dans notre dos, ferions-nous demi-tour ? Je jette un coup d'il sur la carte et constate qu'effectivement en direction de " La Neuve ", nous partons pour quelques kilomètres en direction de Prémanon.

Nous arrivons au carrefour de la " Neuve ", tournons à droite et empruntons une route goudronnée puis la GR de pays balisé rouge et jaune. Le soleil est maintenant bien sur notre gauche. Il s'agit d'une portion d'un sentier intitulé " Tour de la Haute-Bienne ", la Bienne étant une rivière qui traverse le Haut-Jura. Un kilomètre et demi plus loin, nous laissons le bitume et continuons tout droit en direction du " Chalet Double ".

Ce chemin qui serpente au milieu de la large et longue Combe Sambine est vraiment très plaisant car sans aucune difficulté et apaisant par ses paysages. De chaque côté de la clairière, il y a d'épaisses forêts avec sur notre gauche, le Bois de Ban et sur notre droite, le Bois de la Sambine. En plus, il ne présente aucune complication d'orientation, c'est toujours tout droit jusqu'au " Chalet Double " et les panneaux indicatifs sont nombreux et très explicites à chaque carrefour.

Au lieu dit, le " Le Replat ", nous stoppons sous de grands conifères pour une pause café agrémentée d'une banane et de quelques fruits secs. Malgré le long chemin parcouru, nous sommes encore à une dizaine de kilomètres de Lamoura. Sur ce secteur, nous croisons quelques couples de randonneurs.

 

Dans la " Combe Sambine ", au lieu-dit " Le Replat "

Nous repartons et arrivons au " Chalet Double ". Là, nous bifurquons à gauche et grimpons dans le bois de Tresberruy où le bruit de quelques tronçonneuses se fait entendre. C'est surprenant de constater combien le moindre son inopportun peut être agressif lorsqu'on a marché des heures dans le silence le plus complet.

Nous montons un large chemin quand tout à coup Dany aperçoit un écureuil. Il est brun foncé sur le dos et clair sur le ventre. Je l'aperçois et court derrière lui, appareil photo en mains. Il sort du sentier et décampe dans la forêt. Je ne le perds pas de vue au risque de me casser la figure dans les souches et les racines. Il monte à un tronc d'arbre, s'arrête à mi-chemin et se met à m'observer. Je suis tellement surpris par cet arrêt si inattendu, que je perds mon calme et cafouille ma prise de vue.

A proximité du village de vacances de Lamoura, de nombreux gamins jouent dans la forêt à construire des cabanes en branchages. Nous arrivons par le terrain de golf et dominons le splendide village de vacances. Assis sur un banc de rondins, nous faisons une halte et dissertons sur les nombreux loisirs qui doivent exister dans cet endroit fabuleux.

 

Un petit écureuil de la forêt de Tresberruy------------------------------Village de vacances de Lamoura

 

Au terrain de golf du village de vacances de Lamoura-------Vue de la baie vitrée de la chambre d'hôtel " La Spatule "

Nous évitons le village et prenons à droite par la très belle Combe d'Arbey. Encore deux kilomètres sur le GRP et nous débouchons enfin sur la route qui mène au vieux village de Lamoura. Il est 17h30 quand nous arrivons devant le superbe chalet-hôtel " La Spatule ". Nos sacs sont déjà là qui nous attendent dans le hall. Nous gagnons notre chambre. Très spacieuse, avec une large baie vitrée qui surplombe une vaste et verte prairie.

Dany ne me laisse pas le temps de souffler. Après un bain vite expédié, nous voilà repartis en direction du centre du village. Shopping dans une boutique de fringues, visite de la Maison du Lapidaire (1) et d'un artisan qui travaille magnifiquement la corne, la galalithe (2) et le corozo (3).

Il est 19h30, pendant que Dany continue ses pérégrinations, je me relaxe en lisant l'Equipe et en prenant un dernier verre au bistrot du coin. La voilà qui me rejoint, elle a certainement tout vu du village.

Nous regagnons l'hôtel et nous dirigeons immédiatement dans la vaste salle du restaurant. Le maître d'hôtel nous demande de le suivre et nous installe à une table particulière. Ici, c'est beaucoup plus select que les jours précédents.

Le souper commence par une salade de crottin chaud sur croûtons, se poursuit par un délicieux poulet aux écrevisses et se termine par une succulente tarte aux myrtilles. Une fois de plus tout a été parfait. Nous sommes rassasiés et pouvons rejoindre notre chambre pour une détente tant escomptée. Télé, lecture et surtout examen de la dernière étape de demain, qui réside en une très longue descente de 22 kilomètres vers Saint-Claude.

 (1)Le lapidaire est un artisan qui taille et polit les diamants et les pierres précieuses et qui en fait commerce. A Lamoura, il s'agit d'un grand professionnel qui a obtenu de nombreuses distinctions et notamment celle de meilleur ouvrier de France.

(2) La galalithe ou " pierre de lait ", c'est du lait ou de la caséine durcie. Inventée en 1897 par Spitteler et Krishe (Allemagne), c'est l'ancêtre des matières plastiques.

(3) Le corozo est un ivoire végétal. Le corozo est tiré d'un palmier (phytéléphas macrocarpa) qui pousse en Afrique, en Amérique du Sud ou en Asie et qui produit un fruit dont l'albumen en durcissant crée l'ivoire végétal. Une plante peut produire entre 10 et 20 kg par an alors qu'on continue de tuer des éléphants pour 5 kg seulement. Cette matière a été utilisée dans le Jura au début du XXeme siècle pour fabriquer des boutons et autres petits objets tournés.

/

Cliquez sur la carte pour passer à l'étape suivante